Rebotier dit Contre les bêtes

tabs

15 ans après sa création à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon, Rebotier revient au festival d’Avignon pour dire lui-même son Contre les bêtes. Un cri de rage ironique et grinçant contre l’anthropocentrisme violent servi par son auteur, vivant !  Un manifeste pour un monde un peu plus intelligent. Et un peu plus "bête" ?

 

Sans leçon de morale, Rebotier, qui excelle à multiplier les points de vue, nous allume le cerveau. Un théâtre qui a l’efficacité de l’économie, la fantaisie de l’humour et l’exigence de l’esprit. Chez lui, c’est un mouvement de fond. Depuis ses débuts, Rebotier mène, trois carrières confondues (littéraire, théâtrale, musicale), une lutte sans trêve contre la pensée unique et la spécialisation.

 

Fin 2018, retour du Mexique où il a mis en scène la version espagnole du spectacle pour une tournée marathon, il décide de dire lui-même Contre les bêtes au Festival d’Avignon.

 

Télérama Joschka Schidlow

« Un plaidoyer pour la biodiversité des espèces fustigeant le règne tyrannique de l’homme. Drôlissime. »

 

Les Inrocks Hugues Le Tanneur

« Les animaux malades de l’homme : une fable sarcastique de Jacques Rebotier interprétée par lui-même avec un humour revigorant. » 

 

Libération René Solis

« Une rage qui fait du bien. » 

 

Mediapart Véronique Klein

« Minimal et brillant. Une espèce de théâtre non protégé, à déguster sans attendre. »

 

Revue Esprit Jacques Darras 

« Un humour froid, impassible, à la Buster Keaton. »

 

infos

Création Festival d'Avignon 2004 - monologue interprété par Alain Fromager dans une mise en scène de l'auteur à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon

 

Répertoire Contre les bêtes a été sélectionné par le Bureau des lecteurs de la Comédie Française (2006/2007)

 

Traduction La version espagnole du spectacle, traduit par Julia Azaretto et interprétée par Odille Lauría dans une mise en scène de l'auteur, a été créée au Mexique le 6 octobre 2018, pour une tournée de 20 dates dans 14 villes et villages du pays pour plus de 6 000 spectateurs de toutes générations. Traduction en anglais et en allemand en cours.  

 

Publication Harpo& (2004), La Ville brûle (2012 et 2014 ),  coédition franco-mexicaine Le Nouvel Attila & Ediciones El Milagro (2018 et 2019, version scénique bilingue français-espagnol)

Contre les bêtes est un prélude à Description de l'omme, une encyclopédie en 50 chapitres, sans doute écrite au vingt-deuxième siècle, par un papillon. Ou une grenouille ?

 

 

extraits

oui, vous pouvez nous remercier de vous sauver de votre liberté.

« Brebis, je suis votre acteur, je suis votre pasteur. Je protègerai les vaches et les moutons du germe du loup, du renard-et-la-belette, des Germains ! Pour vous, nous édifions un rempart de barbelés, au service du tout santé, toute sécurité, et contre dent amère du loup. Hou ! On vous parque dans les parcs, mais c’est pour vous préserver. Les champs étaient trop grands…Les camps, même d’extermination, vous sauveront de l’extermination. Oui, vous pouvez nous remercier de vous sauver de votre liberté. »

le propre de l'omme c'est la propriété. de la propriété. en propre.

« Non mais vous imaginez ce que serait le monde, si les fourmis, les éléphants, les hérissons, les grenouilles, les pipallons, les hydres, les pythons, les rats musqués, les rainettes, les basilics, les drontes, les boas, se promenaient comme nous tout partout, avec une carte d’état-major dans leurs p’tites mains, et plantant leurs p’tits fanions, les montagnes, les prairies, les mottes de terre, les nuages, la lune, en disant tout à trac : « Ceci est mon sol ! Ceci est mon or, ceci est mon champ, tout ceci est à moi ! (…) Oublie jamais ça, gamelle : le propre de l’omme c’est la propriété de la propriété. En propre. »

les lucioles et les vers luisants, c'est pas des gagnants.

« Les espèces  hautres disparaissent, s’éteignent. L’omme, lui, s’illumine. L’omme ne cesse de s’éclairer, en continu.

L’omme illumine le monde, l’omme est illustre. Lumen, lux.

Et, fiat reverbum ! J’ai créé le réverbère. Amen.

Pourtant j’aimais bien la nuit…

J’aimais bien les lucioles. Nuit noire, petites étoiles traçantes, les vols nuptiaux des lucioles… Les luci-femelles s'allument pour allumer les mâles.

J’ai éclairé tout ça.

Passer leurs nuits à forniquer dans l’obscurité immense des back-rooms ! Tiens : mirador, lumière, partout, full ! On les paye quand même pas pour se payer toute la nuit des partouses géantes, non !? J’ai su arrêter ça.

Maintenant elles se cherchent, mais elles ont arrêté de se trouver, les lucioles. Les lucioles sont en voie d’extinction, parce que j’ai éclairé ! Et voilà le travail.

Elles ont qu’à s’adapter. Elles sont pas très flexibles, je trouve, les lucioles, c’est tous des assistés. Les lucioles servent à rien, les lucioles foutent rien, les lucioles sont des planquées, elles pensent rien qu’à baiser, elles pensent qu’à bouffer. Vers luisants, pareil.

Ils comptent un peu trop sur l’univers-providence, je dis. Les lucioles et les vers luisants, c’est pas des gagnants. »

presse

Télérama

« Un plaidoyer pour la biodiversité des espèces fustigeant le règne tyrannique de l’homme. Drôlissime. » Joschka SCHIDLOW Lire l'article >

Libération

« Une rage qui fait du bien. » René SOLIS Lire l'article >

Les Inrockuptibles

« Les animaux malades de l’homme : une fable sarcastique de Jacques Rebotier sur un sujet bien triste, interprétée par lui-même avec un humour revigorant. » Hugues LE TANNEUR Lire l'article >

Pariscope

« Bouffon philosophe, sage singe, animal de compagnie pas domestiqué pour un sou, sauvage apache, papillonnant, bêlant ou rugissant. Ce bestiaire-là est tout sauf bête. Humaniste en fait. » Marie PLANTIN Lire l'article >

Mediapart

« Un spectacle minimal et brillant, une espèce de théâtre non protégée, à déguster sans attendre. » Véronique KLEIN Lire l'article >

Les trois coups

« Un éclat de folie lucide. Profondément humain. » Hélène CAUNE Lire l'article >

Revue Esprit

« Un humour froid, impassible, à la Buster Keaton. » Jacques DARRAS Lire l'article >

Théâtre du blog

« Un chant de colère devant ce que l’Omme a fait de la terre et du monde, poussé sur le terreau de Rabelais. » Christine FRIEDEL Lire l'article >

Monologue
Tous publics
1h
salle climatisée

distribution

Texte, interprétation
Jacques Rebotier

production

Production

voQue - Cie conventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC Île-de-France) et par la SACEM

tournée

05 Juillet 2019 - 28 Juillet 2019
au Festival d'Avignon

Festival d'Avignon 2019

5 au 28 juillet 2019 (relâche les lundis)

Présence Pasteur - L'annexe 

13 rue Pont Trouca

19h20 (1 heure)

tous publics à partir de 7 ans

tarifs 15 € / 10€

réservations 04 32 74 18 54

 

23 Février 2019
à la Ferme du bonheur à Nanterre
24 Juin 2017
à Bords de Mhère
14 Mars 2017
au Théâtre d'Astrée à Villeurbanne
13 Juillet 2016
au Centre européen de poésie d'Avignon
31 Mars 2016
au Théâtre Jules Julien à Toulouse
26 Mars 2016
au Museum d'histoire naturelle à Marseille
25 Mars 2016
à la Médiathèque de Martigues
22 Mars 2016
à la Bibliothèque des Archives départementales à Marseille
13 Mars 2016
au Monastère de Saorge (près de Nice)
13 Mars 2015
La Grange de Jacques à Bourg-Lastic
19 Février 2015
Théâtre Joliette-Minoterie à Marseille
15 Janvier 2015
Théâtre de la Renaissance à Oullins
17 Octobre 2014
Festival Littérature à Lille