L'0reille droite

tabs

… quand je serai petit, j’enlèverai ce stupide vase de fleurs que ma mère posait sur le piano, c’était comme un salon de piano, ça nous faisait salon, un meuble, une grande boîte noire et hop ça faisait un salon, écœurant et plat, de quoi inviter toutes ces connaissances écœurantes, salaud de piano ! …

 

Longue solistude du pianiste de fond ! De partitions en aéroports et d’aéroports en salles de concerts, le pianiste tient son équilibre d’un transit permanent. Extérieur jour… Intérieur nuit : qui file le plus vite entre les doigts, de la musique ou de la vie ? L’Oreille droite nous donne à entendre une vie de l’intérieur et en biais, le plus étonnant étant ici que le pianiste se montre à ses auditeurs toujours de profil, et toujours du même côté ! 
Une phrase vous vient, qui commence en mots et finit en musique. L’Oreille droite est une rêverie sur la main et l’esprit, au fil des doigts et de la pensée. 
Jacques Rebotier y tisse pour Alexandre Tharaud une partition de sons, de gestes et de mots, avec forts relents d’enfance, et bouffées inopinées de Bach ou de Scarlatti.
Mais à quoi pense l’oreille gauche, tournée vers le lointain ?

 

Lire un extrait >

… quand je serai petit, j’enlèverai ce stupide vase de fleurs que ma mère posait sur le piano, c’était comme un salon de piano, ça nous faisait salon, un meuble, une grande boîte noire et hop ça faisait un salon, écœurant et plat, de quoi inviter toutes ces connaissances écœurantes, salaud de piano ! …

…les fleurs c’est pas fait pour être en l’air, c’est fait pour être par la terre, par terre, c’est fait pour, missile sol-air, je mettais les tulipes sous le piano, sur le sol, et je m’allongeais au milieu d’elles, les tulipes, entre les arbres, un toit de résonance sur ses trois noirs piliers, trois troncs noirs, je m'y sentais protégé, ma cabane ikebana, en gratouiller les différents bois, tirer les sons de leur indifférence... 

Ah ah vous ne vous attendiez pas à celle-là 

# capitaine, et à celle-là # et à celle-là

# et celle-là # et celle-là 

et des comme ça vous en avez déjà entendu 

des comme ça # et comme

ça et ça #  et ça # ça # ça # ça # vous pensiez 

que vous alliez vous en tirer comme ça hein, 

eh ben : non.

… mmm 

mmma mmma 

mmma mmman 

mmma mmmain 

mmmé, mmma 

mmmémmé 

mm mmmes mmmains 

maintenant, je tiens à mes mains …

 

presse

Le Monde

« Dingo Tharaud ?  Avec Jacques Rebotier, le pianiste a rencontré un alter ego en singularité. Braqueurs de sons et voleurs de sens, ils ont réussi un ovni mangique et détonnant. » Marie-Aude ROUX

Lire l'article complet >

France Inter

Alexandre Tharaud et Jacques Rebotier étaient les invités de Kathleen Evin dans l'émission L'humeur vagabonde du 24 novembre 2009.

Voir le programme de l'émission >

Le Libre Belgique

« On sort ému, abasourdi, traversé de flèches - de lueurs - d'énergie et de douleur, parfois de sens, parfois de rie. » Martine D. Mergeay

La Croix

« Le public sort du spectacle essoufflé tant les saynètes s'enchaînent à un rythme endiablé, et fasciné par un Tharaud éblouissant comédien. » Bruno SERROU

Création 2009 - Théâtre du Rideau à Bruxelles

distribution

Texte, musique et mise en scène
Jacques Rebotier
Interprète
Alexandre Tharaud
Lumière
Bertrand Couderc
Son
Bernard Valléry
Costumes
Jean-Daniel Vuillermoz
Régie générale
Antoine Seigneur-Guerrini
Régie, accessoires
Thomas Pearce
Régie son
François Cauwe

production

Production

voQue

Coproduction

Théâtre du Rideau - Bruxelles

Théâtre musical de Besançon

Remerciements

L'Arcal Compagnie nationale de théâtre lyrique et musical

Le Conservatoire du XIVème arrondissement de Paris

Le Château de la Roche Guyon

L'Opéra comique

Le Théâtre de la Cité Internationale

La Maîtrise de Notre Dame de Paris

tournée

24 Septembre 2009 - 02 Octobre 2009
au Théâtre du Rideau à Bruxelles
05 Octobre 2009 - 06 Octobre 2009
à La Fonderie - Le Mans
21 Octobre 2009
au Théâtre musical de Besançon
17 Novembre 2009 - 18 Novembre 2009
au Festival Les 38e Rugissants