I/O GAZETTE

" « Contre les bêtes » s’affirme comme un plaidoyer bon vivant : Rebotier, tel l’orchestre du Titanic qui continue à jouer après que le navire a rencontré l’iceberg et accompagne sa fin, fait de la catastrophe écologique une antiphrase vivable, un divertissement pour ne pas sombrer. " Noémie Regnault

Lire l'article complet sur I/Ogazette.fr >

13 Juillet 2020